Une Lettre Ouvert Presse le Primier Ministre de Respecter Son Engagement Envers le Droit de Logement

UNE LETTRE OUVERTE PRESSE LE PREMIER MINISTRE DE RESPECTER SON ENGAGEMENT ENVERS LE DROIT AU LOGEMENT 

OTTAWA, le 14 août 2018 – En conférence de presse aujourd’hui à Ottawa, des défenseurs des droits de la personne ont publié une lettre ouverte signée par plus de 170 organismes et éminents Canadiens et pressant le premier ministre Trudeau de respecter son engagement envers le droit au logement en inscrivant explicitement celui-ci dans la loi visant la mise en œuvre de la Stratégie nationale sur le logement. 

Cette lettre est rédigée par Amnistie internationale – Section canadienne, Campagne 2000 : Éliminer la pauvreté chez les familles et les enfants au Canada, Canada Sans Pauvreté, l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance, Emily Paradis, chercheuse en matière de logement et d’itinérance, ainsi que le Social Rights Advocacy Centre. Avec l’appui de la rapporteuse spéciale des Nations Unies sur le droit au logement, cette lettre énonce les principales exigences à l’égard de la loi sur le logement, conformément au droit international relatif aux droits de la personne.

« Nous nous sommes rassemblés afin de montrer au premier ministre la mesure du soutien accordé à la reconnaissance explicite du droit au logement dans la loi et pour contribuer à faire avancer les choses à cet égard », a affirmé Tim Richter, président de l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance. « La crise du logement et de l’itinérance qui sévit au Canada découle du défaut d’assurer la protection des droits de la personne. Si le Canada souhaite réellement résoudre cette crise, il doit respecter ses engagements internationaux en matière de droits de la personne et reconnaître de façon explicite dans ses lois le droit au logement à titre de fondement de sa Stratégie nationale sur le logement. »

Les signataires comptent notamment des organismes nationaux, dont l’Association canadienne d’habitation et de rénovation urbaine, l’Association médicale canadienne, l’Association des femmes autochtones du Canada, le Canadian Lived Experience Advisory Council et L’Église Unie du Canada, ainsi que d’éminents Canadiens tels que Cathy Crowe, infirmière et intervenante de rue, Kevin Page, ancien directeur parlementaire du budget, de même que Claudette Bradshaw et Irwin Cotler, anciens ministres du cabinet libéral. 

Chaque année, au Canada, plus de 235 000 personnes se trouvent en situation d’itinérance. Aujourd’hui, plus de 1,7 million de ménages canadiens vivent dans des logements non sécuritaires, inadéquats ou inabordables et n’ont pas accès à des choix mieux adaptés à leurs besoins. Un nombre disproportionné de ces ménages est à la charge de femmes et on y trouve une représentation démesurément élevée d’Autochtones, de personnes handicapées, d’immigrants et de réfugiés, de jeunes et d’adultes âgés et de membres de communautés racialisées. Toutes ces personnes subissent les effets d’une crise systémique – un manquement à la protection et à la mise en œuvre de leurs droits fondamentaux. 

« Le Canada a là une occasion de faire preuve de leadership à l’échelle internationale en matière de droits de la personne en reconnaissant dans la loi de manière claire, décisive et explicite le droit au logement », affirme Leilani Farha, rapporteuse spéciale des Nations Unies sur le droit au logement convenable. « La Stratégie nationale sur le logement marque un engagement historique à mettre progressivement en œuvre le droit au logement; il convient maintenant de mettre en place une législation qui assure une reddition de comptes quant au respect de ce droit. »   

La lettre ouverte a été publiée à la page http://nhs.socialrights.ca/, où l’on demande aux Canadiens d’inscrire leur nom pour revendiquer la reconnaissance du droit au logement dans la législation canadienne. 

On y trouve également une ébauche de projet de loi rédigée par des juristes et des experts de la société civile. Cette ébauche présente des suggestions quant à la façon d’inscrire le droit au logement dans la législation proposée aux fins de la mise en œuvre de la Stratégie nationale sur le logement, conformément au droit international relatif aux droits de la personne, ainsi que des mécanismes permettant aux personnes affectées par l’itinérance et le logement inadéquat de déposer des plaintes visant des infractions systémiques et d’exiger l’intervention du gouvernement.                                                                                                                   

Relations avec les médias 

Tim Richter, Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance,  Tél. : 587 216-5615 ; Natalie Appleyard, Coordinateur de campagne, Tél. : 613 552-3439 

 

LETTRE OUVERTE AU PREMIER MINISTRE JUSTIN TRUDEAU 

Le très honorable Justin Trudeau, C.P., député                                                                                                                                                                              

Premier ministre                                                                                                                                                                                                                                   

Bureau du Premier ministre                                                                                                                                                                                                               

80, rue Wellington                                                                                                                                                                                                                           

Ottawa, ON K1A 0A2 

14 août 2018

Monsieur le Premier Ministre,  

Le 22 novembre 2017, votre gouvernement a annoncé une Stratégie nationale sur le logement fondée sur son engagement à « mettre en œuvre progressivement le droit de chaque Canadien d’accéder à un logement convenable. » Nous comprenons que la loi de mise en œuvre sera déposée à l’automne.  
 
Les consultations qui ont eu lieu sur la Stratégie nationale sur le logement au cours des derniers mois ont révélé un consensus fort pour que la loi de mise en œuvre reconnaisse explicitement le droit au logement tel que défini par le droit international. Dans un pays aussi riche que le Canada, le fait que soient répandus l’itinérance et le manque d’accès à un logement abordable constitue manifestement un des enjeux les plus critiques en matière de droits de la personne pour tous les ordres de gouvernements. Une loi fondée sur les droits doit établir des mécanismes pour que les personnes concernées puissent soulever les enjeux systémiques relatifs à la mise en œuvre progressive du droit au logement et garantir que les gouvernements agissent en mettant sur pied des recours. Ces mécanismes n’ont pas à reposer sur les tribunaux, mais ils doivent être efficaces.  
 
De plus, la loi doit exiger des objectifs et des échéanciers pour la réduction et l’élimination de l’itinérance conformément aux obligations en vertu des droits internationaux de la personne de mettre en œuvre le droit au logement le plus rapidement possible, selon les ressources disponibles. Elle devrait garantir que le Canada respecte son engagement de mettre fin à l’itinérance d’ici 2030 en vertu du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Elle doit aussi comprendre des mesures pour éliminer les disparités profondes dans l’accès à un logement convenable, abordable et sécuritaire pour les Autochtones, les femmes, les membres de communautés racialisées, les personnes handicapées, les personnes trans et les personnes de diverses identités de genre, les aînés, les enfants et les jeunes, les immigrants, les réfugiés, les demandeurs d’asile et les personnes apatrides.  
 
Une ébauche de loi a été rédigée par la société civile et les experts afin de démontrer comment cela pourrait être accompli, et nous serions heureux d’avoir l’occasion d’en discuter avec vous.  
 
Nous demandons au gouvernement de s’assurer que la loi relative à la Stratégie nationale sur le logement: 

  • affirme la reconnaissance du droit au logement comme un droit fondamental de la personne;                                                                                   
  • met en œuvre des mécanismes de reddition de comptes par lesquels les personnes affectées par l’itinérance ou le logement inadéquat peuvent tenir les gouvernements responsables de l’application progressive du droit au logement;                                                                                           
  • garantit que le Bureau du défenseur fédéral du logement et le Conseil national du logement soient indépendants, disposent de ressources adéquates et   aient  l’autorité requise pour faire des recommandations et exiger des mesures correctives pour la conformité au droit au logement;                                                                                                                                                                                                             
  • prévoit un organisme décisionnaire qui réunit à la fois des experts en droits de la personne et des gens ayant vécu en situation d’itinérance ou en logement   inadéquat, afin de tenir des audiences accessibles sur les enjeux systémiques qui affectent la mise en œuvre progressive du droit au logement et de   recommander des recours efficaces;                                                                                                                                                 
  • exige des objectifs et des échéanciers pour l’élimination de l’itinérance et l’accès à un logement convenable, conformément aux obligations du Canada en   vertu du droit international relatif aux droits de la personne et aux engagements relatifs aux Objectifs de développement durable.     
  • rend obligatoire la participation fondée sur les droits d’une variété de personnes et de collectivités affectées par l’itinérance et le logement inadéquat,   auxquelles des comptes devront également être rendus, dans tous les mécanismes de la SNL, y compris le Bureau du défenseur fédéral du logement, le   Conseil national du logement, l’organisme décisionnaire et les initiatives communautaires;                                                 
  • fournit des ressources et du soutien pour le suivi local des programmes de la SNL par des personnes ayant une expérience vécue et pour les initiatives   communautaires visant à promouvoir le droit à un logement convenable, ce qui concerne tous les ordres de gouvernement.                 
  • fournit des initiatives visant à aborder les obstacles, besoins et droits distinctifs des peuples autochtones, développés en collaboration avec les organisations   des peuples autochtones, ainsi que des stratégies de logement pour les Premières nations, les Inuits et la Nation Métis ainsi que les partenaires autochtones   urbains et ruraux, négociées sur la base des relations entre les Inuits et la Couronne, entre les gouvernements et entre les nations, pour garantir le droit au   logement des peuples autochtones tant en réserve que hors réserve, dans les milieux ruraux et urbains, conformément à la Déclaration sur les droits des   peuples autochtones.                                                                                                                                                                         
La loi de mise en œuvre d’une stratégie nationale sur le logement axée sur les droits de la personne constitue une occasion historique pour le gouvernement fédéral d’aborder de façon prioritaire une question critique de droits de la personne au pays, tout en agissant en meneur en matière de droits de la personne sur le plan international. Jamais auparavant le Canada n’a envisagé de mettre en œuvre une loi sur le droit au logement : il est donc crucial de bien faire les choses.
 
Dans le contexte de la présentation de cette loi importante, nous serons heureux de participer à un dialogue continu avec le gouvernement au cours des prochaines semaines.  
 

Cordialement, 

Leilani Farha, Rapporteuse spéciale des Nations unies sur le logement convenable                                                                                                                         

Anita Khanna, Campagne 2000                                                                                                                                                                                                     

Alex Neve, Amnistie internationale Canada                                                                                                                                                                                

Emily Paradis, chercheuse indépendante                                                                                                                                                                                   

Bruce Porter, Social Rights Advocacy Centre                                                                                                                                                                                 

Tim Richter, Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance 
 
c. c. L’honorable Andrew Scheer, C.P., député, chef du Parti conservateur du Canada et chef de l’Opposition officielle                                                               

M. Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique (NPD)                                                                                                                                                 

L’honorable Jean-Yves Duclos, C.P., député et ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social 

La liste des signataires (comprenant l'ANFD) est dans un post séparé.

Actions prises